Patrimoine

Le patrimoine de Hombourg, témoin rare d’une l’histoire glorieuse

 

L’apparition majestueuse et soudaine, entre ciel et terre, de l’église de Hombourg projette le voyageur hors du temps, loin de la fureur et du tumulte de notre époque.

Après avoir longé l’échine de grès où s’accrochent et s’empilent, on ne sait trop comment, maisons et dépendances dominées par une collégiale gothique, une visite de courtoisie s’impose car, nul doute, ici le cœur de l’histoire de la Lorraine bat la chamade.


Porte fortifiée de l’enceinte

Image1

L’ancienne porte fortifiée de l’enceinte, maintenant béante, vous laisse passer et, sitôt entré dans la vieille ville, on y ressent la protection mais aussi l’accueil offerts jadis par les lieux clos.

On découvre, ici, une humble maison de manouvrier, là, plus cossue, l’ancienne demeure d’un laboureur, puis, voici la fontaine St-Clément installée en 1838.

Mais déjà la grand-rue s’élargit et insensiblement, on se rapproche de la masse hiératique de l’église collégiale St-Etienne.

Un siècle fut nécessaire pour la bâtir, à partir de 1290-1300. La noblesse de ses proportions harmonieuses la caractérise, son intérieur apaise et émeut.

Image2

Près des antiques stèles du cimetière, entre l’église irradiée par la foi et les ruines du château et de sa Tour des Sorcières d’où sourdent force et violence, l’imagination s’emballe. Ici d’onctueux chanoines devisent avec des chevaliers hautains et le peuple travaille : il suffit d’un peu de rêverie et l’ordre immuable du Moyen Age prend vie.

Plus loin encore, muets, le regard vide, les saints Auxiliaires, au charme naïf, nous accompagnent maintenant, prêts cependant, depuis le XVIIIe siècle, médecins d’un autre âge, à nous soulager de nos maux tant physiques que spirituels.

 

 

Parvenus au bout de la butte de Hombourg voici la délicieuse chapelle Ste-Catherine dans un décor enchanteur, la perle gothique que fit bâtir le chevalier Simon de Hombourg vers 1260. Malgré son allure rustique, l’humble bâtiment surprend par le goût exquis de sa décoration qu’on décèle dans la finesse de son élégant porche comme dans ses chapiteaux et ses clefs de voûte.

Image3

Image6La collégiale St-Etienne et la chapelle Ste-Catherine, joyaux du patrimoine du Pays de la Rosselle, sont classées aux Monuments historiques.

Le couvent des Récollets de 1769, la mairie dite "le château d’Hausen" de la même époque, un ancien cimetière juif sans oublier tout le petit patrimoine composé de remarquables pierres tombales tant juives que chrétiennes des XVIII et XIXe siècles ou d’humbles calvaires et croix des champs ajoutent encore à la richesse léguée par des siècles d’histoire.


La mairie dite "le château d’Hausen"

Bien qu’elles soient de propriété privée, les ruines romantiques du château de Hellering apportent un cachet supplémentaire, mystérieux et étrange, au patrimoine de notre ville.

 Image7

Crédit photos et © : L.Baroth, A.Schmitt, L.Vion, V.Vion

 

Le patrimoine forestier

La forêt de Hombourg-Haut

Image8La ville de Hombourg possède une forêt belle et intéressante à de nombreux égards. Elle fait partie des plus grandes parmi les 460 forêts communales de Moselle, elle est la 2ème du Bassin Houiller : nous sommes dans le Warndt contrée non seulement minière et industrielle, mais aussi contrée très boisée, et où, jusqu’aux débuts de l’exploitation minière du charbon, la forêt jouait un rôle économique considérable.

Outre les lourds besoins de l’époque, en bois de chauffage, de construction, de marine, et l’utilité de la forêt pour le pâturage et la litière des bêtes, la forêt du Warndt fournissait d’énormes quantités de bois pour les verreries et les forges.

Avant la révolution de 1789, les communes ne possédaient en général pas de forêt, encore moins les particuliers : les forêts appartenaient presque toutes au roi, aux seigneurs, ou aux abbayes.

Au regard de l’importance de la forêt à ces époques (comme précité, de plus, comme aujourd’hui nous avons des tribunaux spécialisés, les Prud’hommes par ex., à l’époque royale il y avait une juridiction forestière), le privilège de Hombourg était grand de posséder sa propre forêt déjà avant le 13e siècle. Jacques de Lorraine, en son temps, a confirmé cette possession.

 

Et aujourd’hui ?

Tout a considérablement changé. L’ONF gère et surveille la forêt pour le compte de la ville qui en est propriétaire. Nous disons aujourd’hui que la forêt en France joue 3 rôles :

  1. écologique (elle est essentielle pour les grands équilibres naturels, la biodiversité, la qualité des ressources en eau, etc)
  2. économique (la production de bois notamment)
  3. social (lieu de promenade, détente, sports, cueillettes.. ; paysages ; cadre de vie pour les quartiers à son contact).

 

En savoir plus

Quelque part en forêt de Hombourg

Attention à votre chien !
Du 1er avril au 30 juin, période des naissances, la tenue des chiens en laisse est obligatoire hors des chemins forestiers. Le reste de l’année, en dehors des chiens comme le pitt-bull ou le rottweiler, il n’est nullement obligatoire de tenir son chien en laisse en forêt (tant mieux pour lui et pour son maître !).
En revanche, si un chien quitte le chemin et que son maître ne soit pas à même de l’arrêter avant une possible rencontre avec un animal caché derrière des herbes ou des branches, il peut être considéré comme en action de chasse et son maître en délit.

 

La Villa Gouvy

Maison de maître qui abrite l'Institut Théodore Gouvy, association dont l'objectif est de faire redécouvrir Théodore Gouvy, compositeur de musique romantique injustement tombé dans l'oubli...

Cette belle bâtisse fut construite vers 1852 par le maître de forge Alexandre Gouvy et devint le lieu de villégiature favori de son frère, Théodore Gouvy, où il vécu les trente dernières années de sa vie.

Image9 

La Villa Gouvy ©Claire Leber

Image10 

Théodore Gouvy (1819-1898)